mardi 11 juin 2013

Estaminets, bistroquets, bougnats ...












Et pour le plaisir j'ai retrouvé une vieille photo de la Vieille Provence et où à l'époque la phrase était encore sur la façade ...


Quelques devantures parisiennes, une seule est Cannoise.
Mémoire des yeux et  des lieux, elle nous entraîne pour une petite balade dans un Paris du temps passé.

5 commentaires:

  1. Coucou Dany !
    Il y a une cannoise et je ne la trouve pas ?
    Tu m'avais montré La mirabelle une fois mais là je ne vois pas. Ce n'est pas Vins et Liqueurs j'y vois l'affiche avec Aristide Bruant, ça fait très Montmartois et les autres sont bien des parisiennes. Peut-être la première ?
    Bon ça ne fait rien, j'irais repotasser mon manuel de la parfaite cannoise.
    Je crois que je vais aller pousser la porte du "Petit Opportun". Celui d'Ange bien sûr, le vrai a dû tellement changé.
    Comme d'habitude c'est magique d'entrer dans l'univers réaliste à l'extrême des toiles d'Ange.
    J'ai bien souri en voyant le 85 décroché, un détail qui nous amène dans la réalité.
    Merci Dany de nous faire voyager dans cet univers.
    Je vous embrasse bien fort tous les deux.
    Des caresses à la tribu provençale

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Mimi,
      Et bien c'est bien Vins et Liqueurs ! Ange trompe toujours tout le monde avec ses affiches de Montmartre qu'il met partout, c'est sa touche perso.
      La première toile représente bien un petit bistrot parisien de l'époque.
      J'aime particulièrement le couloir qui mène à une cour et l'escalier en colimaçon.
      Je vous embrasse tous les deux

      Supprimer
    2. Si tu savais comme j'ai hésité, à la vue des volets niçois j'ai pensé de suite à Cannes mais évidemment si Ange fait ses farces alors !
      Gros bisous.
      Il faut qu'on s'appelle.

      Supprimer
  2. Quel charme l'oeil de boeuf au dessus du "Coté Jardin" ainsi que l'arcade du café des Vosges...
    Je suis subjuguée par le réalisme des matières, la poésie et l'émotion ne sont pas en reste.
    Je ne vois pas quelle oeuvre représente un café cannois, ce n'est pas un bougnat c'est certain ! lol Pas la "Buvette du Moulin", rue Lepic non plus...
    Et pourquoi pas le très beau "Coté Jardin" justement ?
    C'est dommage que cette merveilleuse inscription soit retirée, cela offrait un charme supplémentaire à cet immeuble.
    (Oh la voiture ! lol Cela fait un paquet de temps que l'on ne voit plus ces "antiquités" lol, je ne sais même plus la marque... Citroën non ?)
    Bisous Danielle et merci !

    RépondreSupprimer
  3. C'est à une bien belle balade dans un Paris qui n'est plus totalement le même mais qui existe encore que tu nous convies. Nous y sommes si bien parmi les lignes si claires, les couleurs si éclatantes et tous ces détails délicats qui marquent les passage des habitants.
    Bisous à toi et au peintre.

    RépondreSupprimer